• Elodie's Bakery

Layer cake au chocolat, compotée de canneberges à l'érable

Je laisse la bûche, l'omelette norvégienne et le pudding aux autres tables cette année et j'opte pour un layer cake au chocolat et aux canneberges comme dessert de Noël. Moins conventionnel, plus inattendu, comme un cadeau : une véritable surprise !


Layer cake chocolat et canneberges, Elodie's Bakery

Layer cake chocolat et canneberges, Elodie's Bakery

Layer cake chocolat et canneberges, Elodie's Bakery

Depuis quelques jours, je vous propose des recettes élaborées et pour mettre en valeur le savoir-faire de la maison @amefa_france. L’ensemble de ces recettes se présente comme une balade gourmande tout au long de la journée de Noël. Ainsi, vous avez pu découvrir le chocolat chaud aux cookies et chamallows, le moscow mule à la grenade ou encore les Saint-Jacques déclinées en terre & mer. Il est temps de vous dévoiler le dessert !

Le dessert, le soir du Réveillon, est souvent attendu comme un petit miracle, car c’est après l’avoir mangé que l’heure d’ouvrir les cadeaux se présente.

Le Réveillon se déroulait chez mes grands-parents maternels, c’était une grande réunion de famille et dont le repas pouvait sembler, à un enfant, extrêmement long. D’abord les retrouvailles, puis l’apéritif qui s’éternise, voici l’heure de passer à table où une succession de plats aux saveurs complexes défile dans les assiettes, le plateau de fromage (toujours très copieux chez des Normands) et ENFIN le dessert. Et alors, allez savoir pourquoi, ce pouvait être le jeu de la loterie : une omelette norvégienne, des petits fours, une bûche, des fruits, une bombe glacée, un vacherin ou encore le Saint-Honoré si cher à mon grand-père… C’était de la gourmandise car, à ce moment du repas, personne n’avait plus faim. Pour autant, le dessert était sacré !

Quant aux bambins, leur jeu était de venir régulièrement toquer à la porte de la salle à manger et pour voir si tous ces adultes repus étaient enfin enclins à découvrir les surprises apportées par le Père Noël ! Mon grand-père s’asseyait dans son fauteuil crapaud en velours vert, ma grand-mère à ses côtés et, de sa voix ronde et puissante, appelait le plus jeune des petits-enfants et pour qu’il ouvre le premier paquet.


J’ai choisi pour dessert un « layer cake » au chocolat puissant accompagné d’une confiture de canneberges au sirop d’érable et recouvert d’un glaçage au mascarpone. Moins traditionnel que la bûche, aussi haut qu’un building américain, le voici présenté dans l’assiette Coupe Blanc Médard de Noblat, simple, élégante et lumineuse.


Ingrédients pour une personne


Pour le cake

315 g de farine

45 g de cacao non sucré

2 ½ c à c de levure chimique

¾ c à c de bicarbonate alimentaire

1 c à c de sel fin

12 cl d’huile

200 g de chocolat noir à 72% de cacao

200 g de sucre

2 oeufs + 1 jaune

2 c à c d’extrait de vanille liquide

35 cl de lait demi-écrémé

10 cl de café chaud


Pour la confiture de canneberges

250 g de canneberges fraîches

100 g de cassonade

100 ml de jus d'orange fraîchement pressé

100 ml de sirop d’érable

1 bâtonnet de cannelle

des pots de confiture préalablement stérilisés


Pour le glaçage

500 g de mascarpone

250 g de crème fraîche entière

100 g de sucre glace

45 g de cacao non sucré


Préparation


Les génoises

Garnir 3 moules à charnières de 18 cm de diamètre de papier sulfurisé, réserver.

Faire préchauffer le four à 175°C.

Dans un saladier, tamiser la farine, la levure, le bicarbonate, le sel et le cacao, réserver.

Dans une casserole, au bain-marie, faire fondre le chocolat noir.

Dans un saladier, battre les oeufs, le jaune et le sucre ensemble jusqu’à ce que le mélange épaississe, ajouter le chocolat fondu et battre 30 secondes.

Incorporer l’extrait de vanille et l’huile.

Progressivement, alternant avec le lait, ajouter le mélange de farine. Puis, incorporer le café, battre 30 secondes à vitesse lente.

Répartir le mélange équitablement entre les moules et faire cuire 35/40 minutes jusqu’à ce qu’un pic en bois en ressorte sec.

Laisser refroidir sur une grille puis envelopper de film alimentaire. Réserver jusqu’au lendemain.


La confiture de canneberges

Dans une casserole à fond épais verser les canneberges ainsi que la cassonade.

Placer la casserole sur feu moyen jusqu’à ce que le sucre fonde.

Ajouter le sirop d’érable ainsi que le jus d'orange. Ajouter le bâtonnet de cannelle.

Laisser mijoter environ 10 minutes ou jusqu’à ce que les canneberges éclatent.

Continuer environ 5 minutes.

Mixer délicatement pour éviter les éclaboussures et verser dans des pots à confitures.

Refermer le pot et le retourner jusqu’à refroidissement.


Le glaçage

Dans un saladier battre le mascarpone et le sucre tamisé au cacao à l’aide d’un batteur électrique pendant 2 minutes. Ajouter la crème fraîche et continuer de battre pendant 1 minutes. Stopper de battre à partir du moment où les fouets tiennent seuls dans la préparation. Garnir une poche à douille de ce mélange.


Le Montage

Placer une génoise dans une assiette de présentation. Garnir de deux cuillères à soupe de confiture de canneberges, déposer la seconde génoise, renouveler l’opération avec la confiture, couvrir de la troisième génoise au chocolat. A l’aide de la poche à douille, répartir le glaçage sur l’ensemble du gâteau et lisser avec une spatule. Décorer de quelques branches de romarin en guise de sapins et de canneberges.